Après une année d’apprentissage du MotoGP au guidon d’une Honda dans le team Marc VDS, Franco Morbidelli découvre cette année la Yamaha de l’équipe satellite du constructeur, Yamaha Petronas SRT, et note des différences dans l’approche du travail effectué durant le test. “Tout est beaucoup plus sérieux”, a-t-il déclaré. “Il y a plus de gens de l’usine avec moi, j’ai le sentiment que mon feedback est bien pris en compte et je me sens plus impliqué”.

Lire aussi :

Un important travail technique

L’implication du numéro 21 est importante pour la marque aux diapasons, qui a un certain retard à rattraper sur les autres constructeurs, en particulier Honda et Ducati. Son expérience d’un an sur une autre moto est un atout, aussi bien pour Yamaha que pour lui-même afin de pouvoir progresser en tant que pilote : “Je suis en train d’essayer d’améliorer mon style de pilotage, en particulier quand je sors des virages. La Honda a un peu plus de grip, donc vous pouvez éviter de relever [la moto] d’une façon si extrême [qu’avec la Yamaha]. Avec la Yamaha, il faut vraiment la relever de façon propre.”

Le programme de test s’est donc centré principalement sur les points faibles de la Yamaha, et Morbidelli a ainsi beaucoup testé de nombreux éléments en même temps que les pilotes officiels, Valentino Rossi et Maverick Viñales, à tel point qu’il n’a pas réalisé de simulation de course, à l’image de plein d’autres pilotes, comme il l’a confié à motogp.com : “J’ai dû essayer beaucoup de choses donc je n’ai pas eu la chance de faire de longs runs.”

Son travail a consisté en l’essai de pneus afin d’améliorer l’adhérence de la machine à l’accélération. “J’ai essayé différents pneus, le plus dur à l’avant, les différents medium et le supersoft, et je dois dire que ce dernier est un bon pneu. Nous avons juste collecté quelques données”, a-t-il ajouté. “Nous savons tous que l’accélération est notre point faible. Mais nous progressons donc nous devons simplement continuer à travailler.”

Le grand point d’interrogation de Yamaha cette année concerne le développement de son moteur, et Morbidelli s’est montré positif auprès de Sky Italia : “Nous avons fait des progrès importants et nous allons de l’avant”. Les chronos de Viñales laissent en effet penser qu’un cap a été franchi et cela se répercute également sur le team satellite : “Il a été le plus rapide et le plus régulier mais nous ne sommes pas si loin donc je suis content.”

Des progrès significatifs

L’Italo-Brésilien repart de Sepang avec 179 tours au compteur. Il a roulé de façon assez égale tout au long des trois jours et a progressé de façon significative, passant de la 12e place avec un chrono de 2’00″602 le premier jour au huitième rang avec un temps en 1’59″141 le troisième. “Je suis le genre de gars qui a du mal lors des tests”, a-t-il expliqué. “Je me sens mieux que l’an dernier car déjà je suis plus rapide, et c’est une bonne chose, mais aussi car j’ai plus d’expérience, et j’ai un meilleur package.”

Même s’il termine un peu plus loin que lors des tests de Valence et de Jerez, il reste satisfait : “Pour moi c’est vraiment un bon départ. Nous savons que les tests ne sont pas une super bonne indication car il y a toujours quelque chose qui peut changer en course, ce n’est donc pas la Bible, mais c’est quoiqu’il en soit bien d’être rapide durant les tests.”

Lire aussi :

Le protégé de Valentino Rossi se montre content des progrès réalisés durant ce test, aussi bien par Yamaha que par lui-même. “Nous avons amélioré notre rythme et notre vitesse pure. Je suis donc content de cela. Il y a encore du travail à effectuer car Ducati semblait hors de portée, mais nous allons de l’avant et c’est une bonne chose”, a-t-il déclaré. “Personnellement j’ai progressé sur l’avant et sur le grip. J’ai encore du mal avec l’accélération mais nous allons voir ce que nous pouvons faire.”

Franco Morbidelli sera de retour en piste le 23 février au Qatar pour le dernier test de pré-saison avant la course qui aura lieu sur ce même circuit de Losail le 10 mars prochain. Le travail de développement de Yamaha semble plus ou moins terminé et le pilote italien pourra vraiment se concentrer sur son pilotage. “En ce qui me concerne, je ne pense pas qu’il y aura encore beaucoup de nouvelles choses à essayer”, a-t-il expliqué à motogp.com. “Placer de nouveau la moto dans le top 10 serait bien, mais notre objectif actuel est de voir à nouveau comment est le rythme et l’améliorer, progresser en pneus usés et sur l’accélération.”

Avec Léna Buffa et Willy Zinck