Ana carrasco est entrée dans l’Histoire à Magny-Cours le mois dernier en devenant la première femme à remporter un titre en compétition moto, après avoir été sacrée en Supersport 300 pour un point seulement au terme d’une finale spectaculaire.

Le futur de l’Espagnole au-delà de cette année demeure incertain pour le moment, mais celle-ci a confirmé qu’elle allait “certainement” rester en Supersport 300 pour une saison supplémentaire.

“Je ne peux pas en dire beaucoup plus car tout cela n’est pas encore très clair”, a-t-elle déclaré. “Mais mon objectif est de continuer [dans le paddock du] Superbike, et il est quasi certain que nous allons continuer pour une année supplémentaire en Supersport 300.”

Un passage en Supersport serait prématuré selon Carrasco

Carrasco pense qu’elle pourrait être “très rapide” si elle était amenée à passer en Supersport, mais elle estime aussi que faire le grand saut serait également “risqué” en raison du manque de compétitivité de l’actuelle Kawasaki ZX-6R – qui n’a plus remporté la moindre course depuis septembre – et des possibles changements que la Dorna, le promoteur de la catégorie, pourrait apporter à la discipline.

Lire aussi :

“Changer de catégorie maintenant serait un peu piégeur car le Supersport est une discipline qui est en train de changer, donc nous allons probablement attendre un an”, reprend-elle. “Mais l’objectif principal est d’être un pilote officiel Kawasaki. Je pense que je pourrais aussi être très rapide en 600cc, mais Kawasaki n’est pas au niveau pour s’imposer en 600cc dans l’immédiat.”

“L’information que nous avons de la Dorna, c’est qu’ils sont en train de réfléchir pour changer la catégorie, et par ailleurs nous ne savons pas si Kawasaki va obtenir une nouvelle moto. Donc avec tout cela, faire le grand saut maintenant est un peu risqué, et je suis inflexible sur le fait que je veux être dans une catégorie avec un matériel qui me permette de gagner.”

Handicaps lors de la seconde partie de saison

Carrasco a réalisé un début de saison dominateur en 2018, remportant deux courses d’affilée, à Imola – où elle est devenue la première femme à prendre les rênes d’un championnat du monde – ainsi qu’à Donington.

Mais plusieurs ajustements visant à rééquilibrer les performances au niveau des régimes moteur et du poids de la machine – qui ont contraint l’ibère à rouler avec un leste de 14 kg par rapport à ses rivaux – ont affecté Kawasaki, et Carrasco n’a réussi à inscrire que 22 points lors de la seconde partie de la saison.

Lire aussi :

Admettant que le titre avait pu paraître “plus ou moins facile” à obtenir en début d’année, elle souligne aussi que les changements appliqués ont rendu les dernières courses très compliquées. “C’est vrai que le départ a été très bon, et jusqu’en milieu de saison cela semblait plus ou moins facile de gagner. Mais après l’entrée en vigueur des changements de réglementation, les courses sont devenues très compliquées. Les modifications ont été progressives, les régimes moteur ont d’abord été abaissés, tout en maintenant le poids.”

“Ensuite ils ont abaissé le poids, et encore plus les régimes, et à la moitié de l’année ils nous ont laissé avec moins de tours/minute et bien plus de poids. Et il est arrivé un moment où la moto n’était plus aussi compétitive, c’était difficile de faire en sorte qu’elle soit prête. Nous manquions d’accélération et nous avions de nombreux problèmes.”