Pour la tenue de la première édition du Grand Prix de Thaïlande, les attentes étaient élevées pour Hafizh Syahrin. Il faut dire que le Malaisien sortait d’une très mauvaise passe, puisqu’il n’avait plus marqué de points depuis Brno début août.

Mais le pilote Tech3 a réussi à sortir de sa spirale négative pour rebondir devant le public asiatique, et aller chercher une 12e place bienvenue, que ce soit pour sa confiance ou pour les enjeux comptables au championnat.

Début de week-end difficile avant le déclic

Pourtant, le début de week-end n’avait pas été facile pour Syahrin, bloqué dans la seconde partie du tableau avec une décevante 18e place en qualifications le samedi. Mais celui-ci a réussi à débloquer la situation au meilleur des moments, en course, pour faire sa réapparition dans le top 15.

“Je suis très content d’être de retour dans les points“, a-t-il ainsi déclaré après l’épreuve. “Au début du week-end, des EL1 aux qualifications, j’étais toujours en 18e position, donc j’étais un peu déçu de moi-même, mais je n’ai pas renoncé.”

Lire aussi :

Le numéro 55 en venait même à regretter de ne pas s’être montré plus compétitif au début des trois jours de l’épreuve, ce qui aurait pu l’exonérer d’une remontée depuis les tréfonds de la grille, qui lui a assurément fait perdre du temps sur les leaders.

“On s’est retrouvé bloqué derrière plusieurs pilotes qu’on a ensuite dû dépasser”, reprend-il. “Cela nous a ralentis. Une fois que je les ai dépassés, j’ai eu un très bon rythme, très régulier. Mon rythme était plus ou moins le même que dans le groupe de tête. Dans les trois derniers tours, je suis arrivé derrière Iannone, mais j’ai eu un problème avec ma combinaison, et cela m’a ralenti.”

Un résultat qui fait du bien

Reste que cette 12e place fait office de lumière au bout du tunnel pour le Malaisien, qui va désormais pouvoir envisager avec un peu plus de sérénité les prochaines manches de la tournée outremer.

Syahrin le sait, il revient de loin, ses précédents résultats ayant soulevé des questions quant à son véritable engagement au guidon de la M1. “Je remercie mon équipe, car ils ont vraiment cru en moi”, a-t-il déclaré. “J’ai beaucoup travaillé et cela m’a montré que je pouvais le faire. Nous savions pertinemment que j’avais été en grande difficulté lors des deux ou trois dernières courses.”

Lire aussi :

Au championnat, Syahrin refait par ailleurs une partie de son retard sur Franco Morbidelli en vue de l’obtention du titre de Rookie de l’année. Les deux hommes sont en effet au coude-à-coude, cinq points seulement les séparant, l’Italien comptant 33 unités contre 28 au Malaisien. “Nous reprenons deux points à Morbidelli, et nous ne sommes plus qu’à cinq points de lui [au championnat]. Nous allons donc essayer de faire notre mieux sur les quatre dernières courses.”