Le titre 2018 a beau être quasiment dans les mains de Marc Márquez, qui va bénéficier d’une première cartouche pour faire mouche dès le prochain Grand Prix, au Japon, la situation est drastiquement différente sur le plan des indépendants.

Trois pilotes se tiennent en effet dans un mouchoir de poche, et plus exactement en cinq points, pour décrocher le titre de meilleur pilote indépendant. Et c’est Cal Crutchlow qui mène la danse dans ce championnat, l’Anglais qui présente deux petites unités d’avance sur Danilo Petrucci, et cinq sur Johann Zarco.

Le pilote LCR a pris les devants dès le début de la saison, en grande partie grâce à sa victoire en Argentine à laquelle sont venus se greffer plusieurs résultats de bonne facture, dont un podium récemment avec la troisième place à Misano.

Mais même s’il caracole en tête du classement des indépendants, le numéro 35 se défend d’en viser le titre. Non, avec Petrucci je ne pense pas au championnat”, a-t-il déclaré. “J’y pense avec le leader, ou le gars qui est deuxième ou troisième.”

Crutchlow estime qu’il aurait pu se mettre à l’abri

Crutchlow regrette d’ailleurs ses différentes chutes survenues en cours de saison (quatre en 14 courses disputées), qui impactent selon lui négativement son classement actuel. “Je pense que dans les trois courses où j’ai chuté, si on me donnait une sixième place à chaque course, ma place moyenne, je serais troisième ou quatrième du championnat”, assure-t-il. “Mais c’est la réalité, on doit obtenir de bons résultats et je pense que l’on peut pour le reste de l’année. Mais on doit être en mesure de se battre devant car c’est là qu’on doit être, c’est notre rythme. Je ne vais pas juste rester en septième place juste pour être septième, je pense que l’on peut être aux avant-postes.

Lire aussi :

Johann Zarco, tenant du titre du meilleur pilote indépendant (en terminant l’exercice 2017 à la sixième place, devenant du même coup Rookie de l’année), a vécu lui aussi un excellent début de campagne, avant de connaître un coup de moins bien avec sa Yamaha passé Le Mans.

Mais le Français s’est relancé grâce à sa cinquième place obtenue en Thaïlande dimanche, pour ce qui constituait son premier top 5 depuis Jerez début mai.  J’espère que cela nous donnera de l’air frais et l’énergie pour être de nouveau dans le top 5 sur les prochaines courses”, a commenté le pilote Tech3 à l’issue de la course à Buriram. “Ça sera vraiment important pour gagner le titre de meilleur indépendant. Je peux juste croiser les doigts pour retrouver la même situation. Je suis un pilote, et je dois faire le travail, comme toujours.

Et si c’était Petrucci ?

Entre Crutchlow et Zarco, on retrouve également Petrucci. L’Italien, qui rejoindra l’an prochain l’équipe officielle Ducati, n’a guère fait parler de lui depuis le début de l’année, un podium en France mis à part.

Il détient cependant une belle carte à jouer au guidon d’une GP18 qui représente sans doute la machine la plus complète en cette fin de saison. Les difficultés de Yamaha et les blessures de Jorge Lorenzo pourraient d’ailleurs lui donner la possibilité de viser mieux que la sixième place.

Lire aussi :

Mais l’Italien l’assure : plus que de viser les avant-postes, il préfère se concentrer sur le championnat des indépendants. “Bien sûr, nous ne sommes qu’à 11 points de la quatrième place, de Maverick et de Jorge”, explique-t-il ainsi. “À ce stade de la saison, je ne sais pas combien de personnes misent sur moi pour la sixième place du championnat. Bien sûr, Maverick a été en difficulté avec les problèmes de Yamaha, mais Jorge et Cal ont été plus rapides que moi sur les deux ou trois dernières courses. Ils ont été plus constants. Mais j’envisage le championnat plus sur la défense [de sa sixième place] que sur l’attaque (aller chercher la quatrième].”

On le voit bien, la lutte pour le titre de meilleur pilote indépendant promet de faire rage lors des quatre dernières manches de la saison, où chaque épreuve promet d’être décisive dans la quête de cet objectif.

Avec Michaël Duforest