Jorge Lorenzo est clairement un homme attendu, alors que le Majorquin arrive avec le reste du paddock MotoGP en Catalogne.

Victorieux pour la première fois avec Ducati lors de la dernière épreuve en date, au Mugello, le #99 a aussi fait les gros titres en surprenant le monde de la moto avec sa signature de deux saisons en qualité d’équipier de Marc Márquez, chez Repsol Honda.

Celui qui récupérera le guidon d’un Dani Pedrosa devant encore dire avec clarté quel sera son avenir dans la discipline avait l’œil brillant en conférence de presse, au moment de relater la manière dont il avait conservé le secret de son rapprochement avec le constructeur japonais.

“Juste en ne disant rien à personne, c’est facile ! “, s’est-il amusé au moment de commenter le sujet, avant de redire à quel point il regrettait avoir simplement dû en arriver là. “Vous savez, mon objectif et ma première priorité, comme je l’ai toujours dit, était de rester avec Ducati et finir ce que j’avais commencé. Mais au Mans, j’ai réalisé que Ducati voulait me changer ou planifier un autre pilote et nous avons commencé à envisager un autre futur. Cependant, jusqu’au Mans, je voulais gagner des courses avec Ducati et disputer le championnat. Ce n’était pas impossible, mais comme vous le savez, je le ferai avec un autre constructeur l’an prochain.

Comme je l’ai dit, jusqu’au Mans, je voulais continuer avec Ducati, mais après, c’est devenu clair et mon sentiment était que la probabilité que Ducati veuille changer de pilote était énorme. Avec mon manager, nous avons commencé à penser à de nouveaux projets et je dois dire que c’est moi qui ai fait cette approche, oui, après Le Mans.”

Lorenzo dispose de la confiance d’un pilote ayant désormais gagné avec deux constructeurs, et se pense capable d’adapter son style de pilotage lissé aux caractéristiques d’une machine Honda plutôt brutalisée par Marc Márquez et Cal Crutchlow.

“Tout le monde me regarde. Je suis arrivé à l’âge de 16 ans, et ils savaient que j’étais rapide avec n’importe quel type de moto. Avec Aprilia, Yamaha, j’ai gagné des courses ; tôt ou tard, j’ai la capacité et le talent pour être compétitif, et je m’entraîne des millions d’heures,” commente Lorenzo. “Je sais ce dont je suis capable. C’est un défi difficile. Je suis une personne du présent et ne regarde pas tant le futur et ai encore beaucoup à faire avec Ducati. Et comme avec Yamaha, je vais essayer de gagner jusqu’à la fin et obtenir le meilleur pour l’équipe, vous savez.”

Profiter du sommet de la vague

Et comme il est dans le présent, Lorenzo pense avant tout à surfer sur la vague positive du moment et le confort trouvé sur sa monture pour de nouveau tenter de profiter du circuit catalan et lancer une toute nouvelle dynamique à sa saison 2018.

“On vit un moment chouette avec Ducati, c’est un bon package et elle progresse mois après mois pour tous les pilotes Ducati. De mon côté, on des pièces en place qui me permettent de garder de l’énergie jusqu’à la fin [des courses]. On a fait de bons tests ici, il fait beau, ça a l’air de bien se présenter pour nous.”

“Dans le monde de la moto, on a souvent vu des choses incroyables, comme des pilotes avec 60-70 points de retard revenir au championnat,” poursuit-il, interrogé sur son éventuelle capacité à se replacer dans la lutte pour la couronne mondiale cette année. “Ce n’est qu’une course, on ne sait pas. J’ai déjà gagné ici, on a fait de bons tests mais il fait continuer à le démontrer. J’ai tous les ingrédients pour bien faire mais le MotoGP est plus serré que jamais. La qualité des pilotes et des motos sont très élevés et gagner des courses de manière consécutive de nos jours est très difficile.”