Il a beau avoir dominé la discipline ces dernières années, son dernier podium sarthois remonte à la victoire signée en 2014

Même si le tracé du Mans n’est a priori pas l’un de ceux sur lesquels la Honda d’usine est la machine la plus à l’aise historiquement, il se pourrait, au vu de la forme affichée par la structure en ce début de saison, que le podium, voire la victoire, puissent devenir des objectifs réalistes dans la Sarthe cette année.

C’est Marc Márquez lui-même qui le dit, motivé qu’est l’Espagnol par le début de saison solide de son équipe et la forme supérieure affichée sur les premières épreuves de la saison par rapport au niveau de performance atteint l’an dernier.

Le vainqueur de deux GP et leader du championnat avec 12 unités d’avance sur Zarco doit même secrètement espérer pouvoir se positionner aux avant-postes et voir les Yamaha d’usine, habituellement solides sur le Circuit Bugatti, ou l’une ou l’autre des Ducati ou Suzuki s’intercaler entre lui et son plus direct rival au championnat, qui vise par ailleurs la première victoire de sa carrière devant son propre public. La contestation la plus évidente du rythme de la Fourmi ne devrait en tous les cas pas venir de son équipier Dani Pedrosa, qui s’admet encore physiquement diminué du fait de sa convalescence.

“Après Jerez, la première partie de saison a vraiment été bonne pour nous et l’on essaie toujours de progresser”, commente un Márquez ne prenant rien pour acquis. “Nous avons fait des tests importants à Jerez et surtout au Mugello et nous avons trouvé encore un peu de choses : nous sommes sur le bon chemin et c’est le plus important. Ici, au Mans, c’est l’un des circuits les pires en termes de résultats pour nous par le passé, mais je l’aime et ce week-end, on va avoir une belle météo et travailler dur pour obtenir de bons résultats.”

L’an dernier, c’est à terre que Márquez avait achevé le GP de France. En réalité, l’Espagnol n’a pas été vu sur le podium en 2016 (13e), pas plus qu’en 2015 (4e) et il faut remonter à l’édition 2014 pour se remémorer sa dernière apparition au sommet du podium sur le tracé français.

“Ces trois dernières années, le point faible [de Honda] était l’accélération : nous perdions trop sur l’accélération et tentions de récupérer dans les virages. Mais cette année, nous avons progressé du côté de l’accélération et l’espère un week-end différent”, détaille Márquez. “Cependant, Yamaha est normalement très rapide ici, et Johann [Zarco] aura une motivation spéciale ici. Il y a aussi Ducati : tout est très équilibré, même avec Suzuki. On va essayer de jouer le podium et si tout va bien, la victoire.”