Álvaro Bautista aura de nouveau réalisé une performance de premier choix en Thaïlande, avec l’obtention d’un nouveau top 10. L’Espagnol a donc très bien rebondi suite à sa chute survenue lors du Grand Prix précédent, en Aragón, et réalise jusqu’ici une fin de saison très régulière avant son départ pour le Superbike.

Qualifié en 12e position sur la grille, le numéro 19 estime cependant qu’il aurait pu faire encore mieux si toutefois il n’avait pas trop joué des coudes avec Franco Morbidelli au départ.

“Nous avons fini à la huitième place, mais seulement à six secondes du vainqueur, et c’est ce qui est le plus important”, préférait retenir l’ibère à l’arrivée. “Tout s’est joué au départ, quand j’ai touché plusieurs fois Morbidelli et que j’ai perdu du terrain. Sur le reste de la course, nos temps au tour ont été compétitifs, donc on va voir si on peut reproduire cela sur les prochaines courses.”

Le pneu médium, une solution préférable selon Bautista

Bautista a par la suite affiché un rythme très soutenu, qui n’a eu rien à envier à celui des leaders. Le faible écart qui le sépare donc de la tête de course n’est donc pas un hasard. Néanmoins, l’intéressé estime qu’il aurait pu faire encore mieux si toutefois il s’était risqué à chausser le pneu médium à l’arrière de sa Ducati.

Pour rappel, l’intégralité du plateau (sauf Aleix Espargaró, auteur d’un audacieux pari avec le tendre) avait pris le parti dimanche de recourir à la gomme dure. “Je suis content bien sûr, car les performances durant toute la course ont été très bonnes”, reprend le pilote de l’Ángel Nieto Team. “Le feeling était bon sur l’avant, mais sur l’arrière, j’avais choisi l’option dure. Et je pense justement qu’il l’était trop, il ne m’a pas fourni la performance maximum à laquelle je m’attendais. Il était trop régulier, je n’ai pas senti beaucoup de dégradation sur l’arrière, je pense donc que le pneu médium aurait pu être mieux.”  

Lire aussi :

Reste que l’Espagnol demeure sur une très bonne dynamique depuis le Grand Prix d’Espagne, disputé à Jerez au début du mois de mai. En effet, celui-ci a fini dans le top 10 sur la totalité des courses courues depuis lors, à l’exception du Mans et d’Aragón, à chaque fois en raison d’une chute.

Une belle constance qui lui permet de se rapprocher de Jack Miller au classement général, seuls deux points séparant encore les deux hommes. “Avec l’équipe nous avons fait un pas en avant en Aragón, et ici aussi, avec des réglages pointus, mais nous n’avons plus beaucoup d’atouts dans notre manche. Finir dans le top 10 c’est déjà un bon résultat, donc nous allons voir ce qu’il se passe sur les prochaines manches.”