Sur un circuit favorisant autant la vitesse que celui de Sepang, nul doute que Danilo Petrucci espérait bien mieux qu’une neuvième place dimanche au guidon de sa GP18. L’Italien pouvait être déçu de son résultat, à plus forte raison qu’il s’est fait damer le pion dans la hiérarchie finale de la course par deux pilotes évoluant sur une GP17, à savoir son coéquipier Jack Miller, mais aussi par Álvaro Bautista.

Mauvaise analyse après les qualifications

Qualifié en septième position sur la grille le numéro 9 a, a posteriori, effectué une mauvaise analyse samedi après-midi du pneu arrière qui lui serait le plus avantageux en course. En effet, à l’issue des qualifications, celui-ci semblait vouloir privilégier le pneu soft, sans avoir pu obtenir une idée très précise de sa tenue sur toute la durée de la course.

Lire aussi :

“Au final on a découvert que le medium était mieux que le soft”, assurait-il ainsi. “Mais seulement quand on a fini la séance. Malheureusement on a décidé de démarrer avec le medium puis de passer au soft, mais le soft n’était pas si bon. Je n’ai pas pu améliorer mon chrono. Je ne suis pas très content de ma position de départ, je ne sais pas si la course de demain sera sur le sec ou le mouillé, je ne sais pas quelle situation est la meilleure pour moi. Septième, ça n’est pas si mal pour le départ, on est là, j’ai besoin de prendre un bon départ et de rester là. On verra, malheureusement en EL4 on n’a pas eu la chance de beaucoup rouler sur le sec. La clé pour demain sera de gérer le pneu arrière.”

Et c’est précisément la mauvaise gestion de ce dernier qui a compromis le résultat en course du transalpin. Parti avec la gomme la plus tendre, le pilote Pramac a, comme trop souvent, souffert d’une surchauffe de son pneu, ce qui a mis à mal ses performances.

Lire aussi :

“Je ne suis pas content bien sûr, la course a été très difficile. Nous avons été bons lors des essais libres, mais comme toujours lors des dernières courses, la température de mon pneu arrière était trop élevée”, a-t-il réagi après l’épreuve. “Nous avons essayé de roder le pneu ce matin lors du warm-up, mais je pense qu’au final cela a été pire car au début j’ai perdu vraiment beaucoup de temps. Mon rythme était très lent, je me suis battu durant toute la course avec ma moto. J’ai fait de mon mieux, mais j’ai été lent, et ce n’était pas la course à laquelle je m’attendais.”

Crutchlow hors course pour le titre de meilleur pilote indépendant, il ne reste guère plus que Zarco en travers du chemin de Petrucci pour atteindre cet objectif. Mais si cinq points seulement séparent les deux hommes, il faudra une prestation d’un tout autre acabit pour que l’Italien obtienne le dernier mot en cette fin de saison.

Avec Michaël Duforest