Après une saison on ne peut plus compliquée sur le plan sportif, Aleix Espargaró semble voir enfin le bout du tunnel depuis deux courses. Après sa neuvième place obtenue à Phillip Island, l’Espagnol a cette fois-ci terminé à la 11e en Malaisie, après avoir participé à la Q2 et s’être élancé depuis la 12e position sur la grille.

Le pilote Aprilia aurait même pu viser un nouveau top 10 s’il était venu à bout d’Hafizh Syahrin, mais le Malaisien était sur son petit nuage devant son public et rien n’y a fait. Espargaró avait par ailleurs perdu beaucoup de temps lors des tours précédents pour faire la jonction avec le pilote Tech3. “J’ai dépassé pas mal de pilotes et puis l’écart était de deux ou trois secondes”, a-t-il expliqué après la course. “Ensuite il était trop tard pour rattraper Syahrin.”

Lire aussi :

Tout comme la semaine précédente en Australie, Espargaró a fait les frais d’un mauvais départ, qui lui a fait perdre un temps précieux et compromis son résultat. Pour l’Espagnol, la chose est d’ailleurs claire : il s’agit là de l’un des axes de progression d’Aprilia pour l’an prochain.

“On doit améliorer les départs car ils sont très mauvais”, a-t-il admis, rappelant l’influence néfaste de son envol sur son début d’épreuve. “J’ai pris un mauvais départ mais j’ai aussi eu de la malchance dans le premier virage car les pilotes à ma droite m’ont poussé à l’extérieur mais j’avais aussi quelqu’un à gauche donc j’ai dû beaucoup freiner, et tout le monde m’a dépassé, c’est comme si j’étais dans un cône, et j’ai perdu beaucoup de positions.”

Un rythme suffisant pour figurer dans le top 10

Dommage, d’autant plus que sans être fantastique, le rythme affiché par l’ibère n’avait rien à envier à d’autres pilotes présents dans le top 10 à l’arrivée. “Mon rythme n’était pas fantastique mais n’était pas pire que celui de Petrucci, qui a terminé neuvième”, reprend-il. “Et je pense que c’est le maximum que l’on pouvait espérer, neuvième ou dixième, mais on a perdu l’opportunité au début.”

Lire aussi :

Si Espargaró n’a donc pas réussi à aller chercher Petrucci et Syahrin, il a néanmoins assuré l’essentiel en inscrivant des points cruciaux dans la bataille qui oppose Aprilia à KTM au championnat. “Pour Aprilia, c’est très important de finir devant KTM, à trois tours de la fin j’ai regardé derrière moi, j’ai vu que c’était Morbidelli et non Pol, aucune KTM autour, j’ai juste essayé de finir la course, prendre les points.”

Grâce à sa 11e place, le constructeur de Noale revient en effet à deux unités seulement de celui de Mattighofen. Tout se jouera donc entre les deux à Valence.

Avec Michaël Duforest