C’est la troisième fois cette saison que Guintoli fait son retour sur une grille de départ, après les épreuves de Barcelone et de Brno, sur une version expérimentale de la Suzuki GSX-RR.

Il a effectué deux journées d’essais à Motegi la semaine dernière, au cours desquelles il a pu essayer le moteur de 2019. Davide Brivio, directeur de l’équipe Suzuki, a confirmé que le nouveau bloc propulseur a également été utilisé lors des premiers essais libres du Grand Prix ce vendredi.

Le Français a terminé à la 21e place de la séance, à un peu plus de deux secondes du meilleur temps (propriété d’Andrea Dovizioso), et à 1″5 du meilleur pilote Suzuki, Andrea Iannone.

Lire aussi :

“Guintoli essaie une évolution du moteur avec plus de puissance que ce qu’il a déjà essayé lors d’essais privés à Motegi”, a expliqué Brivio à MotoGP.com. “Ses impressions étaient bonnes, on verra [quelle sera sa performance] en course.”

“On a également un nouveau carénage aérodynamique que l’on va sûrement essayer demain. Guintoli teste des choses pour 2019. On se prépare pour les essais de Valence, pour que tout soit en place pour la première course de 2019.”

Brivio a également précisé que Guintoli n’utilise pas le même châssis carbone que celui utilisé par Álex Rins. Le pilote français dispose pour ce week-end d’une nouvelle évolution.

“Il n’y a pas de combinaison de carbone et d’aluminium sur la moto de Sylvain. Quand on a mis le carbone en plus, c’était simplement une manière rapide de rendre le châssis plus rigide.”

Ce jeudi, Rins a déclaré ne pas penser pouvoir disposer des développements actuellement testés par Sylvain Guintoli avant la fin de saison, dans un mois à Valence.

“Il [Guintoli] teste la moto pour l’année prochaine, on doit voir ce qu’il essaie pour 2019”, a déclaré l’Espagnol. “Ils travaillent sur tous les domaines de la moto, mais il n’y aura rien à essayer pour ces dernières courses.”