Des yeux indiscrets avaient vu Tito Rabat en piste en début de semaine, au guidon d’une Ducati Panigale V4, et l’on pouvait penser que le pilote espagnol préparait son retour à la compétition dans l’optique du Grand Prix de Valence, qu’il avait récemment annoncé comme son objectif.

Il n’en sera rien, car ces tests auxquels il s’est soumis l’ont convaincu de faire encore preuve d’un peu de patience. En accord avec l’équipe Avintia et avec le Dr Angel Charte, il renonce donc bel et bien à disputer cette dernière épreuve de la saison.

Lire aussi :

Lourdement blessé à la jambe à Silverstone, fin août, lorsqu’il a été heurté par une moto en perdition, partie en aquaplaning, alors qu’il se trouvait dans le bac à gravier, Tito Rabat a passé un mois à l’hôpital avant de poursuivre sa convalescence à son domicile. Sa volonté farouche de récupérer rapidement s’est heurtée à la réalité de sa condition, le poussant à manquer tous les Grands Prix de cette dernière partie de la saison.

“Depuis que je me suis blessé, j’ai travaillé dur pendant plus de deux mois”, explique Rabat. “Ma jambe va mieux de jour en jour et j’ai pu tester ma Panigale sur quelques pistes. J’ai pu voir que la jambe ne pose pas de problème quand je suis sur la moto, mais j’ai également pu me rendre compte que je ne suis pas à 100%.”

“Il serait donc très dangereux pour moi et pour les autres pilotes que je fasse mon retour pour la course de Valence, la semaine prochaine. Nous pensons que c’est la meilleure décision”, assure le pilote espagnol.

Une place parmi les pilotes 2019

S’il manque cette dernière course de la saison, Tito Rabat a néanmoins la ferme intention de reprendre la piste avec le reste du plateau lors du test qui aura lieu le mardi et le mercredi suivant la course. Un privilège réservé aux pilotes qui formeront l’échiquier 2019 du MotoGP, mais la confirmation de Rabat à son poste n’est qu’une formalité que le team Avintia annoncera au moment opportun.

“Il est clair que je vais essayer d’être au test, le mardi, avec ma nouvelle Ducati GP18”, assure Rabat, qui bénéficiera donc l’an prochain d’une machine d’un an d’âge, comme ce fut déjà le cas cette année chez Avintia. “On verra comment je me sentirai et je continuerai ensuite à travailler sur ma jambe pour revenir au top avant la saison prochaine. C’est le plus important.”

Lire aussi :

Après une pige de Christophe Ponsson à Saint-Marin, c’est Jordi Torres qui assure l’intérim chez Avintia, ayant récupéré la moto de Xavier Siméon alors que le Belge remplace son coéquipier au guidon d’une machine plus récente. Torres s’étant lui-même blessé à Sepang, il faut encore attendre qu’il passe des examens de contrôle consécutifs à son opération, mardi, pour savoir s’il pourra conserver ce guidon pour Valence.