L’intensité de la course livrée hier par les hommes qui se sont battus pour la victoire du GP d’Espagne restera longtemps dans les mémoires. Chez Ducati, on a forcément vibré plus fort que partout ailleurs, chacune des manœuvres de dépassement ayant fait grimper en flèche les battements cardiaques alors que le champion en titre s’opposait au pilote le plus capé de la grille, l’un sur une Desmosedici officielle, l’autre sur une machine satellite.

“Je ne sais pas si je vais pouvoir aller au Mans, il faut que je me remette !” riait Gigi Dall’Igna après-coup, au micro du site officiel du MotoGP. Et le directeur général de Ducati Corse n’a pas mis longtemps à classer ce Grand Prix dans les moments les plus forts qu’ait connus le championnat : “Cette course a été incroyable à suivre à la TV. Je pense que c’est l’une, ou probablement LA meilleure course que j’ai vues de toute ma vie. Et franchement, j’en ai vu beaucoup !”

Le patron de Borgo Panigale estime que “Pecco a fait une de ses plus belles courses” et exprime auprès de GPOne toute l’admiration qu’il a pour son pilote : “Aujourd’hui, il a démontré qu’il méritait ses deux titres mondiaux. Les premiers tours et le départ ont été deux moments clés de la course. Cela aide de partir devant et le pneu avant aide aussi parce qu’il ne surchauffe pas. Mais c’est le cas pour tous les pilotes de la grille.”

Quant au meilleur tour de la course, bouclé par Pecco Bagnaia avec un temps record de 1’37″449 au moment où Marc Márquez tentait de l’attaquer, il a été “inattendu mais surhumain” aux yeux de Davide Tardozzi, team manager de l’équipe officielle Ducati. “Je crois que le 1’37″4 que Pecco a imprimé à la fin de la course a fait la différence parce qu’il a coupé les jambes de Márquez. C’est là qu’il a gagné la course”, juge pour sa part Gigi Dall’Igna.

Deux champions au sommet de leur art !

Deux champions au sommet de leur art !

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

“Cela a été un chef d’œuvre signé par le Champion du monde avec un tout aussi immense octuple Champion du monde”, résume Davide Tardozzi auprès de GPOne. “Ces deux gars-là ont fait une fin de course incroyable. Je veux souligner le dépassement de Pecco dans le premier tour, il en a passé deux à l’extérieur ! Je le répète, cela a été un chef d’œuvre. C’est une de ces journées qui placent Bagnaia dans l’Olympe des champions.”

S’il est trop tôt pour affirmer que cette superbe victoire marque la fin des difficultés de Bagnaia, elle représente assurément un tournant après plusieurs week-ends compliqués pour l’Italien. “Pecco n’avait pas les sensations sur la moto qu’il a montrées aujourd’hui en piste”, concède Tardozzi. “Il a toujours été très honnête dans le stand pour expliquer ses sensations aux ingénieurs, et eux ont été bons pour essayer de résoudre ses problèmes. Nous avons progressé sur plusieurs points et peut-être que nous progresserons sur d’autres [lundi avec le test].”

Lire aussi :