Encore jamais entré dans le top 5 depuis le début du championnat, Marco Bezzecchi a vu l’attention se détourner quelque peu de lui, alors qu’il a fait partie des grands animateurs des deux dernières saisons. Mais le pilote VR46 est revenu dans la lumière à Jerez, où il a décroché son premier podium au guidon de la Ducati GP23, le modèle dont il a hérité cette année et qui lui a jusqu’ici posé pas mal de difficultés.

“Ça me manquait”, a-t-il admis au site officiel du MotoGP à sa descente du podium. “La fin de la saison dernière avec ma blessure de l’épaule, mais aussi le début de cette saison avec mon adaptation à la nouvelle moto, ça a été une période difficile pour moi. Ces sensations me manquaient depuis un moment alors je suis très content d’être là.”

“Franchement, ça a été un week-end merveilleux, je ne m’y attendais pas mais j’étais très motivé quand je suis parti de la maison. J’étais motivé par rapport au fait que j’avais été en difficulté ici l’année dernière, mais aussi parce que j’étais en train de progresser petit à petit. Je voulais faire un bon week-end et je l’ai fait, alors je suis très content.”

Lire aussi :

Interrogé pour savoir s’il devait ce retour en forme à son adaptation personnelle, à des réglages qui lui conviennent mieux ou à l’influence de Valentino Rossi, patron de son équipe, qui avait fait le déplacement ce week-end, Marco Bezzecchi a estimé qu’il s’agissait d’une “combinaison de tout cela”.

“Évidemment, la moto s’est améliorée. Mon team a fait un travail merveilleux depuis le début de l’année et pendant toutes ces courses. J’ai aussi essayé de m’adapter. C’était dur pour moi de me faire à cette nouvelle moto parce que par rapport à celle de l’année dernière, elle était différente d’une manière qui est plus compliquée pour moi. Je ne me sentais pas bien avec l’avant de la moto, or quand on manque de confiance avec l’avant, normalement c’est très dur.”

“Je pense donc que c’est un ensemble de choses. Il est certain aussi que Vale m’a donné beaucoup de conseils pendant cette période. Ici, aussi, c’était bien qu’il soit là, surtout pour les départs, où il m’a beaucoup aidé. Mais je pense que c’est un mélange de tout.”

Francesco Bagnaia, Ducati Team, Valentino Rossi, Marco Bezzecchi, VR46 Racing Team

Marco Bezzecchi a pu fêter son podium avec Pecco Bagnaia et Valentino Rossi.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Samedi, déjà, bien qu’il ait fait partie des nombreux pilotes partis à la faute, Bezzecchi se félicitait de l’aisance acquise avec sa moto, ce qu’avait également confirmé sa qualification en première ligne. “Même si je suis tombé, je savais que mes sensations étaient bonnes”, a-t-il assuré. Dimanche, un départ réussi l’a immédiatement placé dans la lutte pour le podium et il a ensuite réussi à mener la bagarre qu’il souhaitait aux avant-postes.

“J’étais très concentré au départ. C’est une partie de la course qui est toujours déterminante désormais, mais c’est aussi une partie où normalement j’ai du mal. Avec l’embrayage de notre moto c’est vraiment dur, et je dois être un peu idiot parce que je n’arrive pas à être très bon à chaque fois ! Donc j’étais un peu nerveux par rapport à ça et Vale m’a beaucoup aidé sur ce point ce week-end.”

“Dès le départ, j’étais bien placé. Ensuite j’ai essayé de gérer et de suivre Pecco [Bagnaia], j’ai passé Marc [Márquez] pour avoir un peu d’air frais parce que [la température de] mon pneu avant grimpait beaucoup. Ensuite, une fois que Jorge [Martín] est tombé, j’ai vu que Pecco était un peu plus rapide. Et il était de toute façon plus rapide que moi, alors j’ai essayé de le suivre mais je n’arrivais pas à le rattraper.”

“Marc m’a passé à ce moment-là, donc je l’ai utilisé comme référence pour essayer de me détacher de ceux de derrière. Je savais que Marc serait dur à suivre car il était un peu plus rapide ce week-end. Au final, quand ils ont commencé à se battre, j’ai essayé de me rapprocher parce que s’ils faisaient une erreur, au moins j’aurais été là ! Malheureusement pour moi, ils ne l’ont pas fait mais c’était parfait quand même.”

Lire aussi :

Dans deux semaines, Bezzecchi retrouvera Le Mans, terre d’une de ses victoires de la saison dernière. Il en attend avant toute chose la confirmation du potentiel affiché ce week-end, essentielle à ses yeux pour véritablement considérer qu’il a dépassé ses difficultés.

“Le Mans arrive et, l’année dernière, ça a été un Grand Prix merveilleux pour moi. Mais, franchement, je ne m’attends à rien. Je ne veux pas me mettre trop de pression, mais je veux confirmer que je suis rapide. Je ne pourrai considérer que je suis de retour qu’après avoir confirmé. J’espère pouvoir bien commencer le week-end et je vais clairement faire de mon mieux et travailler aussi dur que possible pour être rapide. C’est en tout cas une piste que j’apprécie vraiment, c’est une bonne atmosphère.”

VIDÉO – Le résumé du Grand Prix d’Espagne