Lors de sa dernière apparition en wild-card, à Misano où il a pris une exceptionnelle quatrième place l’an passé, Dani Pedrosa ignorait si on le verrait à nouveau au départ d’une course en MotoGP. Malgré l’arrivée de Pol Espargaró au poste de pilote d’essais, KTM a décidé de l’aligner une nouvelle fois au GP d’Espagne ce week-end, sur un circuit de Jerez donc il est un grand spécialiste et où il s’était classé au septième rang l’an passé, après avoir mené une séance.

“Je suis là pour ce GP fantastique, je suis impatient que ça débute demain”, a confié Pedrosa à son arrivée sur le circuit. “Je suis content, je ne m’attendais pas à refaire celui-là après l’an dernier mais les choses sont devenues intéressantes pendant les tests. C’est pour ça qu’on a décidé de le refaire.”

Pour l’Espagnol, chaque participation en wild-card doit être justifiée par un besoin technique et il aborde les Grands Prix très différemment que lorsqu’il était titulaire. Le résultat final importe moins que les données recueillies sur la KTM, toujours dotée d’évolutions lorsqu’il engagé en compétition. La pression sur ses épaules n’est pas la même et il peut se permettre de mieux savourer l’ambiance des week-ends.

“Ce que je ressens le plus maintenant, c’est que mon approche est très différente. Par le passé, j’étais beaucoup plus concentré et beaucoup plus dans le rythme, j’essayais de me concentrer sur mes objectifs. Maintenant, je peux ouvrir un peu plus le spectre et profiter un peu plus de l’ambiance, apprécier un peu plus d’être ici. OK, je fais la course mais sur la piste et en dehors, je ressens plus l’expérience. Avant, c’était juste la compétition.”

Un week-end important pour évaluer des nouveautés

Dani Pedrosa va donc aborder le week-end avec surtout son rôle de pilote d’essais en tête, avec plusieurs pièces à tester sur la RC16, notamment autour du V4 autrichien. “Notre moteur n’est pas exactement le même que celui utilisé par les autres pilotes KTM, mais il est très similaire, il y a de petites différences”, a précisé Pedrosa, ajoutant que les titulaires l’évalueront lors du test de lundi “si tout se passe bien.” Les constructeurs européens ne bénéficiant pas des concessions les plus favorables, KTM ne pourra cependant pas l’introduire en compétition cette année.

Dani Pedrosa, Red Bull KTM Factory Racing

Dani Pedrosa

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Cette participation en course devrait être riche d’enseignements pour Pedrosa et l’équipe d’essais. Les tests ont leurs limites, le pilote ne faisant face à aucune compétition et les conditions de piste n’étant pas toujours représentatives, et il pourra cette fois mener ses évaluations dans un cadre optimal, comme il l’avait fait l’an passé à Misano avec un châssis en carbone désormais adopté par l’équipe de course.

“La vitesse est difficile à juger quand on roule seul lors d’un test, mais on a des pièces à tester et ce sera important de les évaluer dans un contexte plus sollicitant, pour voir ce qui peut en sortir et si on peut les utiliser. Habituellement, lors d’un test on a toute la journée pour régler des choses et pour modifier la moto, etc. Ce nouveau format est beaucoup plus stressant, on l’a vu l’an dernier. C’est l’une des raisons.”

“On veut s’assurer des sensations ce week-end et voir comment se comporte la moto parce que cette année, après les trois premières courses, on peut clairement dire que les chronos et le rythme de course sont beaucoup plus rapides que l’an dernier”, a souligné Pedrosa. “On doit aussi juger ça et nous adapter cette année.”

“Tout à coup, tout le monde est presque une demi-seconde plus rapide, ou plus, que l’an dernier, les records sont détruits presque partout, même quand les conditions de piste ne sont pas parfaites, comme au Portugal. Les chronos sont là et la durée de la course est beaucoup plus courte. Oui, nous avons des choses que nous voulons tester mais nous devons les mettre dans l’équation pour voir si ça fonctionne.”

Lire aussi :