Avec l’annonce de l’acquisition par Liberty Media de 86% de la Dorna, beaucoup se sont inquiétés des changements que pourraient subir les championnats gérés par la société espagnole, et en premier lieu son fleuron, le MotoGP. “C’est un produit incroyable, nous n’avons pas l’intention de changer ce championnat”, a pourtant immédiatement promis le PDG de Liberty Media. Néanmoins, partant de l’idée que la Formule 1 était allée vers plus de spectacle au détriment, potentiellement, du sport sous la houlette du géant américain des médias, certains fans ont manifesté leurs craintes, ce qui n’a pas échappé au management actuel de la discipline.

Dan Rossomondo, directeur commercial du championnat, dit avoir suivi attentivement les réactions des fidèles du MotoGP et il a souhaité se montrer rassurant lors d’une conférence de presse spécialement organisée sur le sujet en marge du GP des Amériques. Cet accord est, selon lui, la base d’un nouvel élan nécessaire à la popularité des Grands Prix moto, tout en n’incluant aucune mutation profonde du championnat.

“Nous sommes très conscients de notre cœur de fans et d’à quel point ils trouvent notre sport spécial”, a ainsi expliqué l’Américain, qui a pris ses fonctions l’an dernier. “J’ai tendance à me plonger dans les feeds de Reddit et les commentaires sur Twitter, et je vois que les gens ne veulent pas beaucoup de changement dans notre sport. Or, ce qui y est corrélé, ou opposé peut-être, c’est que ces mêmes fans veulent aussi être en position de partager ce sport avec beaucoup d’autres.”

“Je pense que c’est là-dessus que nous allons nous concentrer, et nous l’avons d’ailleurs déjà fait. Nous avons fait beaucoup de choses au cours de cette dernière année, et avant même mon arrivée, pour que ce spectacle dépasse le simple cercle des sports mécaniques et devienne plus pertinent d’un point de vue culturel. Nous croyons vraiment qu’il s’agit du sport le plus excitant, alors il s’agit de prêcher cette parole et de le crier sur tous les toits.”

“Ils ont vu le grand potentiel qu’a ce sport. Je pense que c’est ce qui est vraiment important”, a souligné Dan Rossomondo en évoquant ce qui a pu convaincre Liberty de s’engager. “Il évoque énormément d’émotions que les gens ont dans leur vie. C’est tellement excitant, cela inspire du courage à travers des pilotes qui sont exceptionnellement athlétiques. Ils ont vu le potentiel que j’ai moi-même vu dans ce sport quand j’ai commencé il y a un an.”

Les courses sprint sont venues pimenter les Grands Prix MotoGP depuis la saison dernière.

Les courses sprint sont venues pimenter les Grands Prix MotoGP depuis la saison dernière.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Les parties concernées ont espoir que l’accord soit confirmé en fin d’année, après quoi Liberty entrera pleinement dans l’équation pour la saison 2025. Évoquant “une annonce très spéciale” après trois décennies de gestion espagnole, Carmelo Ezpeleta a assuré que “pour le moment, ça ne va rien changer”. “La Dorna va continuer à opérer en tant qu’entreprise indépendante même après que l’accord aura été validé, basée en Espagne et avec notre management actuel”, a précisé le PDG espagnol.

Lire aussi :

S’il ne doit y avoir aucun changement dans le fonctionnement de la société, il ne doit pas non plus y avoir de révolution d’un point de vue sportif. Les responsables de la Dorna martèlent que l’arrivée de Liberty s’inscrit dans les efforts déjà menés actuellement en matière de promotion et de communication, pour faire en sorte que le MotoGP dépasse les frontières des sports mécaniques. Le but est que la discipline gagne en popularité dans le monde entier, y compris sur des territoires aujourd’hui peu impliqués à l’instar des États-Unis.

“Liberty ne considère pas qu’il y ait quoi que ce soit à résoudre dans ce sport et nous sommes parfaitement d’accord avec cela”, déclare Carlos Ezpeleta, directeur sportif. “Nous pensons avoir un championnat incroyable, que nous avons développé avec toutes les parties prenantes dans le paddock. Je pense que nous allons juste travailler ensemble sur toutes les choses que nous avons déjà initiées ces deux dernières saisons, de gros changements dans notre format qui ont déjà commencé et nos efforts pour augmenter la visibilité et la connaissance de ce sport dans le monde, tout en continuant à satisfaire nos fans et marchés traditionnels. Je ne suis pas sûr qu’il y aura beaucoup de gros changements qui vont affecter nos fans actuels.”

Pas plus d’équipes ni de Grands Prix dans l’immédiat

Outre l’ADN sportif du championnat, qui a déjà évolué avec l’introduction des courses sprint la saison dernière, les patrons de la Dorna assurent que la vision appliquée en termes de calendrier et de constitution de la grille MotoGP ne changera pas dans l’immédiat.

“Cet accord ne change rien au travail dans ce domaine”, a ainsi garanti Carlos Ezpeleta, interrogé au sujet de l’éventuelle arrivée de nouvelles équipes. “Nous l’avons dit ces dernières années, nous sommes très heureux du nombre important de nouvelles équipes qui veulent rejoindre notre championnat mais nous pensons qu’en ce sens, le moins est le mieux, et nous avons fixé un nombre d’équipes et de pilotes sur la grille. On en a beaucoup parlé l’année dernière. Ça ne change donc pas.”

L'équipe Trackhouse Racing a apporté les couleurs américaines sur la grille MotoGP cette saison.

L’équipe Trackhouse Racing a apporté les couleurs américaines sur la grille MotoGP cette saison.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

“Nous travaillons avec les constructeurs sur le règlement pour 2027, qui sera un élément important du championnat, mais nous n’envisageons pas que cela change quoi que ce soit dans la manière dont nous gérons le championnat. Évidemment, au cours des trois dernières décennies, nous sommes passés d’un système qui est très dynamique, dans lequel les équipes changeaient et n’alignaient pas nécessairement deux pilotes, à une grille qui a maintenant atteint un niveau incroyable à la fois chez les constructeurs et les équipes indépendantes. Ils ont tous une valeur, et toutes s’unissent.”

“Avec Trackhouse Racing, nous avons accueilli une équipe très excitante, ce dont nous sommes très fiers, et ils voient la valeur excitante [du MotoGP], donc c’est comme ça que nous prévoyons de continuer. Et nous voyons cette tendance dans les [autres] sports mécaniques mondiaux également.”

Quant au calendrier, si ses racines sont aujourd’hui européennes, son évolution vers les autres marchés est bel et bien une volonté, mais les contraintes impliquées par les accords existants empêchent de gros changements à court terme. “Jusqu’en 2026, nous allons continuer plus ou moins comme nous le sommes actuellement, avec peut-être quelques changements”, a indiqué Carmelo Ezpeleta. “Nous ne pouvons pas faire plus de 22 courses et si nous devons nous ouvrir à d’autres marchés, il y aura moins de courses en Europe, c’est sûr. Mais pas avant 2027.”

Lire aussi :