Liberty Media a annoncé sa prise de contrôle du MotoGP ce lundi, un rachat qui devrait être bouclé avant la fin de l’année et qui verra le géant américain des médias détenir à la fois la principale compétition sur quatre roues, la Formule 1, et celles sur deux roues, même si cette dernière va rester gérée indépendamment par la Dorna.

Depuis qu’il s’occupe de la F1, Liberty a permis au championnat de s’ouvrir à un public plus large à travers une meilleure exposition sur les réseaux sociaux, la série-documentaire Drive to Survive et la mise en place de nouvelles courses, notamment aux États-Unis. Certains passionnés ont exprimé des craintes de voir le MotoGP suivre une route similaire et se dénaturer, mais Liberty se veut rassurant.

“C’est un produit incroyable, nous n’avons pas l’intention de changer ce championnat”, a promis Greg Maffei, le PDG de Liberty Media, au cours d’une conférence téléphonique organisée ce lundi au sujet du rachat. “C’est un championnat superbe, avec des supporters fantastiques, qui produit une compétition incroyable et un engouement incroyable. Notre but est de l’ouvrir à un public plus large et de l’ouvrir à panel plus large de partenaire commerciaux de toutes sortes.”

Carlos Ezpeleta, qui va conserver son poste de directeur exécutif de Dorna Sports, a ainsi rappelé lors de la conférence qu’il était impossible d’organiser des courses de MotoGP sur des circuits urbains, très prisés par Liberty en F1 ces dernières années, répondant ainsi à des craintes exprimés par des supporters sur les réseaux sociaux.

Greg Maffei, CEO, Liberty Media Corporation

Greg Maffei, CEO, Liberty Media Corporation

Photo by: Zak Mauger / Motorsport Images

Concernant les investissements prévus dans le MotoGP, Maffei a expliqué qu’il voyait une “fausse dichotomie” dans l’idée d’opposer les revenus à tirer du championnat et les investissements à faire pour le faire progresser.

“Ce que nous avons vraiment vu en F1, c’est qu’en élargissant la fanbase, la monétisation est plus simple parce que tous est lié pour nos partenaires – qu’il s’agisse des diffuseurs, des promoteurs, des sponsors, qu’ils recherchent de l’image de marque ou des activations [un terme marketing pour les interactions entre une marque et ses clients, ndlr], et de plus en plus d’activations.”

“Avec une passion grandissante, une demande grandissante, une demande grandissante, tout va dans le même sens, c’est une sorte de cercle vertueux. C’est ce que nous avons ressenti en Formule 1, tout s’est assemblé. Et je me plais à penser que le potentiel est là.”

Lire aussi :