À l’issue du week-end de Jerez, qui l’a vu se battre pour la victoire et décrocher son premier podium avec Ducati, Marc Márquez affirme avoir échangé avec des constructeurs au sujet de la saison 2025 et avoir plusieurs options face à lui.

Actuellement aligné par l’équipe satellite Gresini Racing, il a toujours été clair quant à son intention de ne faire qu’un passage dans la formation italienne, le temps de retrouver ses sensations et sa vitesse après quatre années destructrices chez Honda, entre blessures et performances en berne. Rapidement compétitif avec la Ducati, il a déjà obtenu deux médailles en course sprint, une pole position et désormais un podium en course principale.

S’il figure parmi les options de Ducati pour compléter son équipe d’usine aux côtés de Pecco Bagnaia, l’Espagnol laisse entendre qu’il a d’autres possibilités pour retrouver un statut de pilote officiel en 2025.

“L’important, c’est que les résultats arrivent. Jusqu’à présent, il y a eu de la vitesse mais pas de résultats”, a-t-il expliqué au lendemain de son podium. “On va voir si on confirme au Mans. Je l’ai toujours dit : plus on va vite en piste, plus on a d’options. L’important, c’est que le plan se déroule bien et que les usines me contactent quand il y a des résultats, et il y a déjà eu des conversations.”

Interrogé sur ce qu’il se sent capable de montrer d’ici au GP d’Italie, date à laquelle Ducati devrait faire son choix, il a simplement ajouté : “Mentalement, je suis assez clair sur ce que je veux.” Quant à savoir si sa destination dépend essentiellement de lui, Márquez a répondu : “Eh bien, ça dépend de tout en général, mais ce qui est important c’est que j’ai les idées claires et que je n’ai pas qu’une seule option.”

Lire aussi :

Un choix qui donne le tournis chez Ducati

Encore une fois, Ducati a marqué de son empreinte le GP d’Espagne, les pilotes de la marque dominant chacune des séances du week-end. Nouveau record de la piste, nouveau record du tour en course, mais aussi une première ligne de la grille de départ verrouillée et un quintuplé en course principale : si l’on exclut la meilleure vitesse de pointe du week-end, qui est revenue à la KTM de Dani Pedrosa (et qui est la plus faible de la saison), rien n’a échappé à Ducati.

À l’issue d’un tel week-end, on peut prendre le temps de savourer la performance sportive, ce qu’ont fait les patrons du programme italien. Mais inévitablement, on se tourne aussi sans tarder vers ce que doit être la suite, car personne n’a oublié que 2024 est une année charnière sur le marché des pilotes et qu’à ce jour, Ducati n’a officialisé que deux pilotes : Pecco Bagnaia dans l’équipe d’usine et Fermín Aldeguer sur une moto satellite.

Qui fera équipe avec Pecco Bagnaia en 2025 ?

Qui fera équipe avec Pecco Bagnaia en 2025 ?

Ce début de championnat a montré que le choix de Ducati pour le second guidon de son équipe officielle s’annonce compliqué, chacun ayant ses arguments à faire valoir. Marc Márquez n’a plus à faire ses preuves, avec ses huit titres mondiaux, sans compter qu’il a de toute évidence déjà prouvé être capable de réussir avec la Desmosedici. Mais Jorge Martín non plus, lui qui est vice-champion en titre et actuellement en tête du classement général.

Enea Bastianini a quant à lui entamé l’année de manière bien plus convaincante que la précédente, même si Jerez s’est révélée être une épreuve plus compliquée pour lui. À l’inverse, Marco Bezzecchi est sorti de l’ornière en Andalousie après des débuts délicats avec la GP23 cette année. Autant d’éléments qui ne font qu’ajouter au casse-tête à Borgo Panigale.

“Le mal de tête va nous prendre quand nous allons commencer à y réfléchir”, admet Davide Tardozzi, team manager, interrogé par GPOne. “Nous avons dit que nous voulons attendre encore quelques courses, trois ou quatre ne sont pas suffisantes pour prendre une décision pondérée pour nous et pour les autres pilotes. À ce jour, nous n’avons pas encore commencé la moindre réflexion. Les pilotes qui ambitionnent de monter sur la seconde moto de l’équipe officielle ont encore du temps pour le démontrer.”

Décider qui fera équipe avec Pecco Bagnaia s’annonce comme une grande responsabilité, puisqu’au-delà de son effet sur le constructeur, ce choix influera les carrières de plusieurs grands pilotes. “Nous avons en effet cette responsabilité”, confirmer Gigi Dall’Igna, “et nous donnons à tout le monde le meilleur matériel possible. Mais il est certain que, quoi qu’il se passe, nous devrons dire non à des pilotes importants. Rien qu’à y penser, c’est une décision qui me fait trembler les jambes.”

Avec Germán Garcia Casanova

Lire aussi :