Depuis le début de son association avec KTM en 2019, Tech3 a permis l’éclosion de plusieurs pilotes, comme Miguel Oliveira, vainqueur de deux courses pour la formation de Bormes-les-Mimosas, et naturellement Pedro Acosta. Il est déjà arrivé que l’équipe s’appuie sur plusieurs pilotes expérimentés, tels que Danilo Petrucci et Pol Espargaró, mais elle va changer de statut en 2025.

Après seulement deux ans, l’identité visuelle associant Tech3 à GasGas va disparaître et la formation va reprendre les couleurs de KTM, afin de symboliser la volonté de la marque de faire de son équipe satellite une structure au même niveau que celle d’usine. Une ambition illustrée par le recrutement de deux pilotes de pointe, Enea Bastianini et Maverick Viñales, qui figurent tous deux dans le top 6 du championnat en ce moment.

Ces arrivées ont été permises par la zizanie semée chez Ducati, la promotion de Marc Márquez menant au départ de Bastianini et de Jorge Martín, qui a trouvé refuge chez Aprilia… ce qui visiblement poussé également Viñales à changer d’univers. Tech3 alignera ainsi deux anciens vainqueurs de Grands Prix, ce que l’équipe n’avait plus connu depuis l’association entre Carlos Checa et Norick Abe en 2003 !

Après avoir fait débuter Pedro Acosta, meilleur représentant de KTM actuellement et promu dans l’équipe officielle en 2025, Hervé Poncharal ne pouvait espérer mieux. “2024 se déroule déjà comme un rêve pour Tech3”, a déclaré le grand patron de l’équipe à Speedweek. “Grâce à Pedro, nous avons pu montrer notre force et accélérer tout le projet ensemble, autour de la RC16. Nous avons franchi une nouvelle étape. Il y aura une petite mélancolie à ne plus avoir Pedro dans notre garage, mais nous aurons une équipe qui n’a jamais existé dans notre histoire.”

“Nous avons toujours eu de très bons pilotes et j’ai encore un grand respect pour chacun d’entre eux, mais cette association de deux pilotes de pointe actuellement, des vainqueurs en MotoGP, avec nous n’a jamais été vue par le passé”, a souligné le Français, affichant une forte ambition : “Nous aurons deux pilotes numéros 1 en 2025. Je suis convaincu qu’Enea et Maverick se battront tous les deux pour la victoire sur la RC16. Les bons résultats sont le carburant qui nous fait tous avancer Et il y aura aussi deux pilotes capables de gagner dans le box d’à côté, sous les mêmes couleurs. Quatre pilotes qui peuvent jouer la victoire dans toutes les courses sur une moto capable de gagner, on ne peut pas en demander plus.”

Enea Bastianini, Ducati Team, Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Viñales et Pit Beirer

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Tech3 pourrait connaître la victoire dès cette année avec Pedro Acosta, un objectif qui semble nettement plus éloigné pour Augusto Fernández, jamais entré dans le top 10 en course principale cette année. Avec Bastianini et Viñales, l’équipe satellite devrait même avoir le potentiel de chatouiller régulièrement le team officiel, une stratégie totalement assumée par KTM et qui réjouit Tech3.

“J’ai contacté Stefan Pierer [directeur général de KTM] et je l’ai remercié pour son excellent soutien”, a souligné Poncharal. “Sa réponse : ‘Hervé, nous ne sommes vraiment forts qu’ensemble’. Malgré tout le professionnalisme et l’aspect business du MotoGP, cela a renforcé une nouvelle fois la décision prise il y a sept ans. Si je devais envoyer un message aujourd’hui, ce serait : soyez courageux et suivez votre instinct et votre cœur !”

Une décision stratégique pour KTM

KTM n’a peur que Tech3 puisse prendre le dessus car l’objectif est de faire travailler les deux structures à l’unisson. Tech3 n’occupera plus une fonction de “junior team” mais sera véritablement associé au travail de l’équipe officielle pendant les week-ends de Grands Prix, en s’inspirant du riche partage de données qui profite à Ducati. KTM a tiré les leçons des difficultés rencontrées par différents pilotes lancés en MotoGP, tels qu’Iker Lecuona, Raúl Fernández, Remy Gardner, et Augusto Fernández, même si les deux derniers ont été titrés en Moto2, et assume de ne plus promouvoir d’espoirs pendant un certain temps.

“Il est évident que nous ne pourrons plus offrir une place à un jeune talent pour les deux prochaines années”, a constaté Pit Beirer, directeur de KTM Motorsports, puisque les deux équipes affichent complet jusqu’en 2026. “Si vous me demandez mon souhait, ce serait de toujours avoir des pilotes qui arrivent de notre propre Academy et qu’ils soient compétitifs. Mais vous voyez la complexité et la difficulté du MotoGP, et il faut vraiment un débutant exceptionnel pour qu’il aille en MotoGP.”

“Pedro a prouvé que c’était possible mais nous avons aussi eu des difficultés en voyant que même un champion du Moto2 pouvait vivre un moment très difficile en MotoGP. Si on regardez l’investissement en MotoGP – de beaucoup, beaucoup de millions – et que vous le divisez par quatre, le package pour chaque pilote vaut plusieurs millions. Il faut prendre en compte plusieurs choses comme les partenaires, notre propre entreprise qui apporte l’argent.”

Maverick Vinales et Pit Beirer, directeur de KTM Motorsports

Maverick Vinales et Pit Beirer, directeur de KTM Motorsports

Photo de: KTM Images

“Je pense qu’en MotoGP, nous n’avons plus le temps de dire ‘Ok, faisons un projet d’apprentissage’. C’est super important d’être performant, pas seulement pour des critères publicitaires, aussi pour la qualité de toute l’équipe : nous avons besoin de quatre pilotes forts, pour avoir un pilote victorieux dans le groupe. Il faut des données le vendredi matin, immédiatement, pour progresser avant la deuxième séance. Nous sommes plus à l’aise en prenant des vainqueurs de GP et en créant une émulation interne pour tout le projet.”

“Je ne veux pas décider qui est notre préféré mais je pense que Pedro et Brad vont bénéficier d’avoir deux pilotes forts. C’était une décision clé de se diriger vers les résultats, et pas vers un nouveau programme d’apprentissage.”

KTM voit également son vivier se tarir. Parmi les membres actuels de la KTM GP Academy – Jose Antonio Rueda et Xabi Zurutuza, alignés en Moto3, ainsi que Celestino Vietti et Deniz Öncü, en Moto2 – aucun ne semble en mesure de débuter en MotoGP à court terme. Beirer s’est donc tourné vers d’autres options : “Sincèrement, je ne vois pas le prochain pilote prêt. Si le prochain Pedro était prêt en Moto2 à faire le saut, c’est sûr que nous le prendrions immédiatement, mais nous ne voyons pas [de pilotes Moto2] prêts d’ici l’an prochain. Nous avons donc dû nous diriger vers des pilotes de qualité.”

Lire aussi :