Pour la première fois depuis qu’il a rejoint le clan Ducati, Franco Morbidelli s’est senti en capacité de se battre pour le podium lors du GP de Catalogne. Son week-end de Barcelone a toutefois été gâché par “trois grosses erreurs” qu’il assume, la dernière étant sa chute à sept tours de l’arrivée du Grand Prix.

“C’est dommage parce que j’essayais de tout contrôler”, a expliqué le pilote Pramac. “Mais à un moment donné, j’ai fait une grosse erreur alors que j’étais cinquième : j’ai laissé le variateur de hauteur arrière enclenché, j’ai fait tout le secteur 4 avec la moto abaissée et j’ai perdu une seconde. Ensuite, j’ai perdu ma position au profit de Brad [Binder] et de Marc [Márquez].”

“Par la suite, j’ai essayé de récupérer petit à petit, mais j’ai peut-être été trop agressif dans le virage 10 et j’ai perdu l’avant. C’était une petite chute mais suffisante pour voir s’envoler l’objectif, qui était le podium.”

Son cafouillage avec le holeshot device est survenu au 11e tour, soit juste avant la mi-course, et alors qu’il roulait à proximité du trio formé par Brad Binder, Aleix Espargaró et Raúl Fernández, et devant Marc Márquez. Passé l’incident, il a rapidement pu reprendre l’avantage sur le pilote KTM et se voyait en capacité de s’attaquer au pilote Trackhouse.

Mais Morbidelli est surtout convaincu que le dernier quart de la course lui aurait permis de recoller au duo Márquez-Espargaró et de se mêler à la lutte pour la troisième place : “Je visais de rependre ma position à Marc. Raúl avait déjà ralenti dans ce tour-là, il avait tourné en 1’41″5, et je visais de me mêler à la lutte pour le podium avec Marc et Aleix. Tout ça en étant parti dixième, donc ça n’est pas mal du tout.”

Une chute et une pénalité samedi

Franco Morbidelli s’était en effet élancé de la dixième place, après une journée déjà mouvementée samedi, où une chute dans le sillage de Jorge Martín lui a fait perdre le time attack décisif. “Je ne m’attendais pas à ma chute. J’ai vu Jorge tomber et j’ai juste ralenti, mais en ralentissant et en réduisant l’accélération, j’ai malgré tout perdu l’avant. C’était très étrange”, a-t-il décrit.

 

Par la suite, il a écopé d’une pénalité long-lap pendant le sprint, qui l’a laissé perplexe. “Je pense que c’est dû à l’épisode que j’ai eu avec Álex [Márquez]. J’ai juste essayé un dépassement, or il n’était probablement pas assez précis pour les commissaires… Je ne suis pas d’accord, mais bon.”

Le final en queue de poisson ne masque pas à ses yeux les progrès accomplis à Barcelone, dans la continuité des éléments encourageants qu’il percevait déjà au Mans. Morbidelli souhaitait notamment se montrer plus performant dans le tour qualif, ce qu’il a réussi à obtenir au cours des essais grâce, a-t-il expliqué, à quelques changements de réglages.

Il restait un gros dossier, améliorer ses départs et réussir à se montrer plus incisif dans les premiers tours de course. Samedi, il n’y était pas. “Je n’ai pas réussi à enclencher le holeshot device à l’avant, alors j’ai pris un départ affreux et mes objectifs s’étaient déjà envolés”, avait-il expliqué, précisant ne pas avoir été “précis dans la procédure”. En revanche, dimanche, il a perçu du mieux en gagnant une place dans la première boucle de la course, et c’était pour lui un nouveau pas en avant important.

Franco Morbidelli n'a pas marqué de points à Barcelone, mais voit beaucoup de positif dans son week-end.

Franco Morbidelli n’a pas marqué de points à Barcelone, mais voit beaucoup de positif dans son week-end.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

“Ma vitesse a été très bonne ce week-end, j’ai juste fait trois grosses erreurs, à savoir ma chute dans mon second time attack, la grosse erreur en milieu de course qui m’a fait perdre une seconde et ensuite ma chute dans la dernière partie de la course. Mais on peut viser de grandes choses, alors je suis content”, a-t-il voulu retenir.

D’où sont venus les progrès qu’il a ressentis à Barcelone ? “J’ai plus d’expérience sur la moto et le team a très bien travaillé pour ajuster les réglages. Il nous a manqué énormément de temps et d’expérience sur cette nouvelle moto, on essaye de rattraper cela et on le fait très bien, très vite. Il y a des erreurs en cours de route mais ça fait partie du processus pour combler le gros retard qu’on avait.”

Mis en difficulté par un gros accident dont il a été victime en janvier et qui l’a privé de tous les essais d’avant-saison, Morbidelli se sait sur la sellette alors que Ducati va bientôt attribuer ses motos officielles pour la saison prochaine, cependant il assure rester focalisé sur le présent pour atteindre ses objectifs personnels. A-t-il des regrets ? “Je vous le dirai quand je commencerai à arriver là où je veux arriver à la fin de la course”, a-t-il répondu ce week-end.

“Il est certain que ces cinq ou six premières courses pendant lesquelles on n’a pas réussi à aller à bout à cause de certaines erreurs ou bien lors desquelles on partait de très loin, ça n’est pas bon pour le championnat. Mais après ce qui m’est arrivé cet hiver, c’est très difficile de commencer la saison en pensant au championnat. Maintenant il faut juste qu’on s’amuse, qu’on essaye d’obtenir les résultats qu’on mérite d’obtenir et qui sont très bons.”

“On revient à grands pas. À chaque course, on fait de gros progrès et c’est formidable. Maintenant, il s’agit de conserver cette performance, qui est déjà très bonne, et il faut simplement éradiquer les erreurs que j’ai faites pendant le week-end.”

Lire aussi :