Jorge Martín a connu un vendredi solide au GP d’Espagne. Modeste neuvième en EL1, il a prouvé qu’il était dans le coup dans l’après-midi en réalisant le cinquième temps, assurant ainsi sa place en Q2. Le leader du championnat est surtout satisfait de son travail avec les pneus, qu’il arrive à gérer dans la durée.

“Dans la matinée, j’ai eu quelques problèmes avec le pneu arrière, je pense qu’il ne fonctionnait pas à la perfection”, a noté Martín. “On a fait quelques changements qui ont apporté de petits progrès et à la fin de la séance j’étais rapide, mais je me sentais super fort avec le medium dans l’après-midi. J’ai fait un relais de 11 tours et j’améliorais dans les derniers tours, avec un très bon rythme par rapport à la saison dernière. Cela me rend assez confiant.”

“Il m’a peut-être manqué quelques tours avec le tendre, pour mieux le comprendre. J’ai eu du mal à faire un très bon tour dans le time attack. Je pense que si j’assemble tout [samedi], je pourrai être super rapide. L’objectif sera d’être en première ligne.”

“La moto marchait très, très bien”, a-t-il souligné, ravi de ses performances dans son relais destiné à préparer la course : “J’ai eu un peu de trafic mais le rythme restait dans de petits 1’37 et le dernier tour était un 1’37″0 donc je pense que c’est un rythme acceptable pour essayer de gagner les courses.”

Jorge Martin, Pramac Racing

Jorge Martín

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Comme pour Pecco Bagnaia, les vibrations qui gênent parfois les pilotes Ducati étaient absentes ce vendredi, un autre motif de satisfaction pour Martín : “Pas de vibrations donc je suis assez content. C’est pour ça qu’on a fait le relais de 11 tours, avec des températures normales, pour comprendre les problèmes que je peux avoir.”

“Je pense que ça vient plus de la piste ou de la température”, a néanmoins tempéré le Madrilène, assez démuni face à ce problème : “Je ne comprends pas très bien, je ne sais pas très bien parce que pour nous, c’est difficile de comprendre pourquoi cela se produit, mais je pense que l’on s’attendait à quelques vibrations dans certains virages mais finalement on ne les a pas eues. Je suis content de ça. Ce qui est bizarre, c’est qu’il n’y a eu aucune vibration, ça marchait à la perfection. Espérons la même chose [samedi] et dimanche et on pourra y repenser à la prochaine course.”

La principale inquiétude de Martín réside dans la météo. Il ne redoute pas une piste humide en qualifications mais plutôt une piste séchante, des conditions qu’il appréhende encore mal en MotoGP : “Je pense que je peux être très rapide sous la pluie, j’ai déjà gagné sous la pluie donc je suis confiant. Je suis un peu inquiet si les conditions sont mitigées parce que ce ne sont pas celles avec lesquelles je suis confiant. J’ai un peu de mal avec des pneus pluie quand ça sèche. J’espère une grosse averse ou que ce soit sec. Sinon, j’essaierai de progresser dans les conditions mitigées.”

Lire aussi :